The limited embroidery swimwear by Vilebrequin

Notre Engagement

Vilebrequin s’engage à faire progresser ses recherches et son implication pour une filière durable et responsable pour respecter davantage la planète. La société s’investit en soutenant des causes, en développant des modes de production plus respectueux de l’environnement, et en défendant des valeurs éthiques auprès de ses collaborateurs.

Te mana o moana
Vilebrequin est fier de s’engager, depuis 2016, auprès de l’association polynésienne Te Mana O Te Moana pour protéger l’avenir des tortues de mer. Chaque année, l’association sauve de nombreuses espèces marines en leur prodiguant des soins et en les intégrant dans leur habitat naturel. En 2016 et 2017, Vilebrequin a reversé plus de $50.000 à l’association, grâce aux ventes du maillot «Mappemonde dots». Plus d’une centaine de tortues ont été accueillies à la clinique et 7600 personnes sensibilisées à la conservation des tortues marines.
Red
Combattre le SIDA avec style. Pour chaque commande d'un maillot de bain Vilebrequin x (RED), 15$ sont directement reversés à (RED) pour soutenir l'aide sur le terrain en Afrique Subsaharienne par le biais du Fonds Mondial. (RED) a déjà permis de collecter plus de 500 millions de dollars et a impacté plus de 110 millions de vies grâce à la prévention, au dépistage et traitement du VIH, aux services de conseil et aux programmes d'éducation.
Man
POLYESTER 100% RECYCLÉ
Pour sa gamme de maillots de bain courts et extensibles MAN, Vilebrequin utilise un filament de polyester 100% recyclé à base de déchets plastiques récupérés en Méditerranée par les bateaux de pêche - un moyen pour Vilebrequin de prendre soin de sa maison. 5 maillots représentent 1 kg de déchets plastiques récupérés en mer méditerranée.
Nuage & Neo
TISSU RECYCLÉ
Pour NUAGE, NEO et les SOLID WATER, Vilebrequin a choisi d'utiliser un tissu recyclé obtenu à partir de chutes de fibres et des matériaux non utilisés industriellement. Il consomme également moins d'eau et d'énergie qu'une fibre classique tout en émettant 80% de CO2 en moins.
Rashguard
POLYAMIDE RECYCLÉ
Pour la gamme des T-shirt anti-UV, Vilebrequin utilise une fibre fabriquée à partir de fibres recyclées : déchets de polyamide, des filets de pêche, tapis et moquettes.
Te mana
POLYAMIDE BIO SOURCÉ
Le TE MANA O TE MOANA swim short edition est fabriqué à partir d'un polyamide bio-sourcé obtenu par polymérisation d'une plante qui pousse en milieu aride et impropres à l'alimentation humaine ou végétale : le ricin. Ce type de polyamide consomme moins d'énergie pendant les traitements et les processus de teinture que les polyamides habituels. Vilebrequin renforce son engagement envers l'environnement en utilisant ce polyamide bio-sourcé.
Mahina
BOUTEILLES EN PLASTIQUE RECYCLÉES
Pour le Mahina, version en tissu léger du maillot de bain élastique classique, Vilebrequin a choisi d'utiliser une fibre polyester fabriquée à partir de bouteilles en plastique recyclé de la région de Turin en Italie.
Minise
TISSU BIO-DÉGRADABLE
Le polyamide extensible Made in Italy est fabriqué à partir de matériaux biodégradables et utilisé pour le MINISE. Cette fibre offre un meilleur accès aux bactéries facilitant la digestion des bactéries, des déchets et leur décomposition.
  • La biodégradabilité d'un polyamide standard: 6% après 3 ans.
  • La biodégradabilité de notre polyamide Minise Stretch: 76,5% après 3 ans.
  • The limited embroidery swimwear by Vilebrequin
    #1
    Exigences légales
    Les fournisseurs et les usines de G-III doivent agir en conformité totale avec les lois, réglementations, règles et exigences légales locales liées à la poursuite de leur activité. Ils doivent adopter et observer des règles et conditions de travail respectueuses des salariés et, au minimum, protéger leurs droits en vertu des lois et de la réglementation du travail et de la sécurité sociale nationales et internationales applicables. Nous recourons à des fournisseurs et usines qui respectent les droits légaux et moraux des salariés.
    #2
    Droit des enfants
    Le travail des enfants est strictement interdit. Les salariés des fournisseurs et usines de G-III doivent satisfaire à la condition d’âge minimum légal applicable -- généralement 16 ans -- Mais aucune personne ne peut être employée avant l’âge de 15 ans, ou avant l’âge marquant la fin de la scolarité obligatoire (le plus élevé l’emportant). Les fournisseurs et usines doivent observer toutes exigences légales relatives au travail des mineurs autorisés, notamment celles se rapportant aux heures de travail, salaires, études minimales, au type de travail et de conditions de travail. Les établissements doivent conserver des documents pertinents concernant la date de naissance de chaque travailleur. G-III soutient le développement de programmes de formation légaux, légitimes en milieu de travail.
    #3
    Travail forcé ou obligatoire
    L’usage du travail forcé ou obligatoire est interdit. Les fournisseurs et usines de G-III ne doivent en aucune façon recourir ou soutenir l’usage du travail forcé, sous forme d’esclavage, de servitude, de travail servile ou autre. La coercition mentale et physique, l’esclavage, et le trafic humain sont interdits par notre chaîne logistique.
    #4
    Santé et Sécurité
    L’employeur doit veiller au respect des lois, règlementations, et règles applicables se rapportant à la santé et la sécurité sur le lieu de travail. L’employeur, gardant à l’esprit les connaissances actuelles du secteur et tous dangers spécifiques, doit assurer aux salariés un environnement de travail propre, sûr, et sain, y compris des systèmes et une formation permettant de prévenir les accidents, maladies et blessures attribuables à l’exploitation de l’établissement et des machines. Des mesures responsables doivent être adoptées pour atténuer les effets négatifs sur l’environnement. Les employeurs doivent prévoir tout régime d’indemnisation des accidentés du travail nécessaire en cas de blessure. L’employeur doit nommer un représentant de direction chargé de la santé et de la sécurité de l’ensemble du personnel.
    #5
    Liberté d’association et droit de négociation collective
    Les fournisseurs et usines doivent reconnaitre et respecter le droit des travailleurs à la liberté d’association et à la négociation collective. Aucun travailleur ne peut faire l’objet de harcèlement, d’intimidation, ou de mesure de rétorsion lors de tentative de s’associer ou de négocier collectivement. L’Employeur doit permettre aux salariés d’accéder aux organisations syndicales et reconnaitre le syndicat choisi par les salariés conformément aux lois et à la réglementation. Lorsque le droit de liberté d’association et de négociation collective est limité en vertu de la loi, les Employeurs ne doivent pas entraver les autres moyens légaux des travailleurs pour s’associer.
    #6
    Non-discrimination
    Toutes décisions en matière d’emploi, y compris, notamment le recrutement, allocation de travail, salaires, primes, indemnités et autres types d’indemnisation, promotion, discipline, missions, résiliation de contrat de travail, dispositions en matière de retraite, doivent se prendre exclusivement sur la base de l’éducation, la formation et des compétences ou capacités démontrées. Les employeurs ne doivent pas faire de discrimination à l’embauche, y compris fondée sur le sexe, la race, la religion, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, la nationalité, les opinions politiques, l’origine sociale ou ethnique. Les employeurs doivent agir conformément à la loi et ne pas discriminer indûment.
    #7
    Pratiques disciplinaires
    L’Employeur doit documenter et communiquer à tous travailleurs une politique de mesures disciplinaires progressives, p.ex., des mesures disciplinaires d’intensité croissante telles qu’avertissement verbal, écrit, suspension et résiliation. Toutes les exceptions à cette règle, p.ex., résiliation immédiate de contrat pour vol ou agression doivent être clairement communiquées aux travailleurs.
    #8
    Harcèlement et Abus
    Les Employeurs doivent traiter leurs salariés avec respect et dignité. G-III ne recourra pas à des fournisseurs et usines qui font usage ou permettent l’usage de la punition corporelle, du harcèlement physique, sexuel, psychologique ou verbal, ou d’autres formes de coercition, d’abus ou d’intimidation mentale ou physique.
    #9
    Salaires, indemnités et avantages
    Les salaires sont essentiels pour satisfaire les besoins fondamentaux des travailleurs. Chaque travailleur, pour une semaine de travail normale, a droit à une rémunération suffisante pour satisfaire ses besoins fondamentaux et procurant un revenu discrétionnaire. L’Employeur doit s’assurer que les salaires versés pour toutes heures travaillées satisfont au moins le salaire minimum légal requis par la loi et les réglementations locales ou le salaire en vigueur approprié, le montant le plus élevé prévalant. L’Employeur doit assurer toutes exigences légales de salaires et d’avantages en nature à tous les salariés, tel que la loi ou le contrat le stipule. Les salariés doivent être rémunérés pour leurs heures supplémentaires au taux établi par la loi ou les réglementations dans le pays de fabrication ou, dans les pays où ces lois n’existent pas, à un taux majoré. Si la rémunération versée ne suffit pas pour subvenir aux besoins fondamentaux et fournir un revenu discrétionnaire, nos partenaires sont tenus de prendre des mesures visant à atteindre progressivement un niveau de rémunération prescrit.
    #10
    Horaires de travail
    Les salariés ne sont pas tenus de travailler (y compris des heures supplémentaires) en deçà des limites locales légalement prescrites. Les fournisseurs et usines doivent respecter les lois et réglementations locales applicables habilitant les travailleurs à des jours fériés, congés et vacances. Il est interdit aux employeurs d’exiger de leurs salariés de travailler en deçà des heures normales et supplémentaires permises en vertu des lois du pays où ils sont employés. En aucune circonstance, les heures normales ne peuvent dépasser 48 heures par semaine et, autrement que dans des cas exceptionnels, le total des heures régulières et supplémentaires par semaine ne peut dépasser 60 heures. Les salariés doivent disposer d’au moins 24 heures consécutives de repos par période de sept jours. Les employeurs ne sont pas autorisés à demander des heures supplémentaires sur une base régulière. Toute heure supplémentaire doit être consensuelle et rémunérée à un taux majoré.
    #11
    Norme environnementale
    Tous fournisseurs et usines doivent respecter toutes lois, règles et réglementations environnementales applicables dans leurs pays et les collectivités dans lesquels ils opèrent. Ceci comprend celles liées à l’émission, la dispersion et l’élimination des déchets, y compris de produits chimiques, d’eau, d’énergie, de produits chimiques dangereux et la qualité de l’air. Des mesures responsables doivent être adoptées pour atténuer les effets négatifs sur l’environnement. G-III encourage la culture d’un meilleur environnement dans les établissements et les communautés dans lesquels il opère.
    #12
    Sous-traitance
    Tous les fournisseurs ou usines fournissant des marchandises à G-III doivent être divulguées. Les fournisseurs ou usines qui externalisent ou sous-traitent dans la production de marchandises G-III doivent obtenir une autorisation écrite préalable à cet effet. Si le travail est réalisé dans un autre établissement, l’Employeur externalisateur doit s’assurer que le sous-traitant est en conformité avec les normes énoncées dans ce Code de Conduite.
    #13
    Accès aux établissements
    Il est interdit aux fournisseurs et usines fournissant des marchandises à G-III de refuser un accès aux salariés de G-III, ou ses marques ou clients, dans les établissements où est produite la marchandise de G-III. Paiements non sollicités. Il est interdit aux Fournisseurs et usines d’offrir des cadeaux de toute sorte aux salariés de G-III, ou aux salariés de ses clients ou marques associés.
    #14
    Systèmes de gestion
    L’Employeur doit disposer de systèmes de gestion de conformité continue. Les systèmes de gestion doivent être appliqués, conservés, communiqués et accessibles pour toutes parties nécessaires, ce qui peut inclure tous niveaux de direction, superviseurs, et salariés.
    #15
    Protection de la marque
    Les fournisseurs et usines doivent protéger la réputation de toutes marques et tous clients de G-III. Toutes les activités illégales (telles que contrefaçon, détournement et autres violations de droits de propriété intellectuelle) sont interdites.
    #16
    Sécurité de la chaîne logistique / C-TPAT
    Les fournisseurs et usines doivent connaitre les directives et normes de sécurité de C-TPAT, et garantir le respect des exigences de sécurité minimale
    #17
    Contrôle et Documents
    Afin de vérifier la conformité, l’Employeur doit permettre aux auditeurs de G-III ICM d’accéder librement à tous les terrains de l’établissement, entretiens de travailleurs et aux autres ressources nécessaires pour vérifier la conformité. Les usines doivent conserver des dossiers et documents suffisamment détaillés des 12 derniers mois pour permettre aux auditeurs de G-III ICM de vérifier leur respect de ce Code de Conduite.