Retour à la navigation
Retour à la navigation
Monica Guo Monica Guo

Au sommet de la vague : la révolution féminine du surf

02 novembre 2020 - Evénements

Il faut du courage pour tout abandonner dans le but de devenir surfeuse professionnelle, surtout en Chine, où, jusqu'à récemment, ce sport était pratiquement inexistant. C'est d'autant plus vrai pour quelqu'un qui a grandi dans les montagnes du Guangxi, à des kilomètres de la côte. Monica Guo, qui détient actuellement le titre de championne de longboard et titulaire de l'équipe nationale chinoise de surf, a grandi sans jamais voir l'océan. Mais la première fois qu'elle est montée sur une planche à Hong Kong, elle a su qu'elle avait trouvé sa vocation.

Monica Guo

À la rencontre de la première génération de surfeuses pro chinoises

 

Elle a quitté sa famille, sa carrière et le confort de la ville pour s'installer au Sud, sur l'île d'Hainan, qui abrite la Saint-Tropez chinoise : Sanya. L'histoire de Monica rappelle celle de Vilebrequin au début des années 70, quand un jeune homme s'installa sur la Côte d'Azur avec rien d'autre dans ses poches qu'un rêve. C'est en s'inspirant des shorts portés par les surfeurs californiens qu'il a par la suite créé le tout premier short de bain pour les messieurs... et pour les surfeuses en Chine !

 

 

Bouleversant la tradition, Monica s'est fixé comme objectif de maîtriser l'art du longboard : un défi qui n'avait rien de facile ! Les planches longboards sont plus grandes, plus lourdes et plus dangereuses que les planches de surf classiques. Deux ans plus tard, elle remportait son premier titre, en se classant première lors de la plus grande compétition nationale de surf. Elle était en route vers le sommet de la vague.
Sélectionnée pour représenter son pays aux championnats du monde de l'ISA 2018, elle est devenue la première surfeuse chinoise à remporter une série. Le surf a depuis été reconnu sport olympique en Chine. Toutes nos félicitations, Monica !

Maintenant que le surf est mieux accepté et financé par le gouvernement, Monica est plus déterminée que jamais à faire reconnaître les femmes pratiquant ce sport. Son centre de surf féminin encourage les filles de toute la Chine à défier les vagues et, ce qui est encore plus important, à croire en leurs rêves.

Envie de mer, de surf et de bikini ? 
Suivez Monica Guo sur Instagram : @monicaqie

Monica Guo
Bethany Hamilton

Ne touchez pas à mes vagues !
Les femmes qui font l'histoire du surf 

Bethany Hamilton - États-Unis - @bethanyhamilton

Sa devise : « Je n'ai pas besoin que ce soit facile, il suffit que ce soit possible. »

Ce qu'on aime chez elle : rien n'a su ébranler sa passion pour le surf — pas même l'attaque de requin dont elle a été victime à l'âge de 13 ans. Malgré un bras amputé, elle était de retour sur sa planche à peine un mois plus tard ! 

Pour mieux connaître Bethany : regardez Unstoppable, un documentaire de 2019 relatant son parcours.

 

 

Stephanie Gilmore - Australie - @stephaniegilmore

Sa devise :« Vous pouvez remporter un titre mondial mais vous ne gagnerez jamais contre l'océan. »

Ce qu'on aime chez elle : sept fois championne du monde, elle a commencé le surf à l'âge de 10 ans. Quand elle n'est pas dans l'océan, elle le défend, en tant que membre du directoire d'une organisation à but non lucratif pour la préservation des océans. Rendez-vous sur seashepherd.org

Pour mieux connaître Stephanie : dans la série-documentaire The Water Dancer, elle explore les façons dont la danse et le surf se recoupent.

Stephanie Gilmore
Maya Gabeira

Maya Gabeira - Brésil - @maya

Sa devise : « Profitez de la vie, même face aux fractures et à la douleur. »

Ce qu'on aime chez elle : six fois championne du monde, elle n'allait pas laisser un accident de surf presque fatal l'empêcher d'atteindre son but : battre le record du monde de la plus grosse vague jamais surfée par une femme : 22,4 m !

Pour mieux connaître Maya : Lisez à vos enfants Histoires du soir pour filles rebelles, avec Maya, Malala et Michelle Obama !

 

 

Emmanuelle et Uhaina Joly - France - @emmanuellejoly @uhaina_joly

Leur devise : « Telle surfeuse, telle fille »

Ce qu'on aime chez elles : née pendant l'été 1971 (un excellent millésime !), Emmanuelle a remporté 4 titres de championne de France et 6 titres européens. Elle a continué de pratiquer le surf jusqu'à 7 mois et demi de grossesse, et elle a repris l'océan deux semaines après l'accouchement. Il n'y a donc pas de quoi s'étonner si sa fille Uhaina est aussi à l'aise dans l'eau (et surfeuse professionnelle !).

Pour mieux connaître Emmanuelle et Uhaina : prenez des leçons de surf sur la côte atlantique française avec Emmanuelle!

Emmanuelle et Uhaina Joly
Ishita Malaviya

Ishita Malaviya - Inde - @surfishita

Sa devise : « L'océan est une source de revenus pour la population locale. Je veux en faire une source de joie. »

Ce qu'on aime chez elle : première surfeuse professionnelle indienne, elle fait activement la promotion de l'Inde du Sud comme « nouvelle destination surf ». Son travail pour l'égalité des sexes et la réduction des décès par noyade lui ont valu une place sur la liste de Forbes Asie « 30 under 30 ».

Pour mieux connaître Ishita : regardez le documentaire Beyond The Surface et parcourez avec elle l'Inde du Sud, pour découvrir comment le surf, le yoga et la spiritualité sont les moteurs du changement dans les communautés locales. 

TWIST À SAINT-TROPEZ

Autres articles